Ce mois-ci le "Cavalier du Mois" sera une personne dont la réputation n’est plus à faire en France, en Europe et dans le monde, Sean Bource plus communément surnommé "Mapp

Ce mois-ci le "Cavalier du Mois" sera une personne dont la réputation n’est plus à faire en France, en Europe et dans le monde, Sean Bource plus communément surnommé "Mappy".
Nous sommes très heureux de pouvoir interviewer une des personnes les plus investie dans notre passion.

Sean BourceAujourd’hui, tu es quelqu'un connu sur tous les continents, racontes-nous comment tu es arrivé dans le monde du Pony-Games ?

J’ai découvert le Pony-Games aux Ecuries de l’Orme des Mazières à Draveil (91) en 2002, centre équestre dans lequel j’ai commencé à monter à cheval. Ma sœur, Fiona, et moi regardions une démonstration de Pony-Games de l’équipe de Béatrice Isbled avec notamment Thomas et Cyndie Koé. C’est à ce moment-là que ma sœur et moi avons eu un coup de foudre pour cette discipline et que j’ai commencé à jouer aux Pony-Games.

 

Grâce à ta double nationalité (France-Irlande), tu as pu jouer dans plusieurs pays et connaître le Pony-Games sous différentes coutures, peux-tu nous expliquer ton expérience « d’ici et d’ailleurs » ?

En 2009/2010, j’effectuais ma dernière année d’étude à Dublin en Irlande. J’ai eu la chance cette année là d’intégrer une équipe en Irlande du Nord pendant une saison, de jouer avec ou contre des excellents joueurs tels que Brian Kennedy, Rory Prime, Mark Devitt, Aido Hanlon… Cette expérience a été très enrichissante car elle m’a permis d’avoir une autre vision du Pony-Games et d’avoir un meilleur mental sur le terrain, notamment grâce aux conseils de Colin Carson, entraîneur et arbitre international de Pony-Games.
J’ai eu la chance ensuite de participer aux Championnats du Monde en paire en Angleterre avec ma coéquipière danoise de l’époque Katrine Petersen et enfin de représenter la République d’Irlande aux Championnats d’Europe en Irlande à Turin en 2012. Ces expériences resteront gravées dans ma mémoire à jamais !

 

 

Sean Bource

 

Lord de Buges, un petit mot sur ton compagnon de compétition ?

Lord de Buges était au départ le poney de ma sœur que j’ai ensuite récupéré. Il est arrivé aux Ecuries de l’Orme des Mazières en 2005. Je savais que la route allait être longue avec ce poney, compte-tenu du caractère qu’il avait ! Mais je suis resté patient, en essayant de prendre en compte tous les conseils que l’on pouvait me donner et en demandant de l’aide lorsque c’était nécessaire pour le travailler correctement et le préparer à jouer sur les terrains de compétition. Ce poney est finalement devenu un poney très agréable à monter en Pony-Games, un vrai partenaire de jeu. Ces dernières années sur les terrains ont été supers avec lui et il m’a beaucoup apporté ! Après les Championnats d’Europe à Turin, je l’ai confié à une jeune cavalière du Logis du Poney très prometteuse, Théa Bourreau, qui semble très bien s’entendre avec Lord et qui le montre d’ailleurs sur les terrains.

 

 

 

Cette année tu as remporté haut la main le prix de meilleur commentateur au "Mounted Games Award" avec 48.39% des voix et au PG d’or avec 58,70% des voix. D’où t’est venue cette passion et ce talent ?

J’ai tout d’abord commencé à commenter aux Ecuries de l’Orme des Mazières lors de petites compétitions régionales. Ensuite, c’est à une compétition en Irlande que j’ai pris le micro et que j’ai commenté pour la première fois en anglais pour rigoler un peu et bien sur, chose que j’aime beaucoup faire, pour charrier les cavaliers irlandais et anglais qui étaient sur le terrain.
C’est en 2009, aux championnats d’Europe au Centre Equestre de Pastré à Marseille que j’ai fait mes débuts en tant que commentateur dans une grosse compétition. Ça c’est d’ailleurs fait par hasard ! Steeven Née était le commentateur officiel de ce championnat d’Europe et faisait les commentaires en Français. Les organisateurs m’ont demandé si je voulais bien annoncer les points en anglais pour les étrangers et j’ai fini par commenter tout le week-end avec Steeven, lui en français et moi en Anglais. Je souhaite le remercier pour m’avoir donné l’envie de continuer à commenter par la suite. Il a été une vraie source d’inspiration et je considère que c’est un des meilleurs commentateurs de Pony-Games au monde.

 

Tu as une expérience en Pony-Games très enrichissante par tes voyages et tes connaissances à travers le monde, peux tu nous citer deux trois anecdotes fortes en émotion ?

La première anecdote qui me vient à l’esprit est le tout premier championnat du Monde auquel j’ai assisté en 2007 à Brugelette en Belgique. J’étais traducteur pour l’équipe d’Irlande du Nord entraînée par Colin Carson et l’équipe de Canada entraînée par Jim Dunn. C’est lors de cette compétition que Colin m’a donné le surnom « Mappy » car je les perdais tout le temps, où que l’on aille (rires). J’ai eu la chance de rencontrer des gens formidables et de passer une semaine vraiment top !
La deuxième et troisième anecdotes sont liées, on pourrait plutôt parler de souvenirs ! Le premier moment fort a été lorsque j’ai annoncé le titre de champion du Monde des irlandais en Suisse en 2010 et le deuxième était l’annonce du titre de champion du Monde des français au Royal Welsh Show en 2012. Certains diront que je ne sais pas me positionner en tant que supporter pour l’un ou l’autre des pays et que je bouffe à tous les râteliers (rires) mais tout ce que je peux dire c’est que l’un comme l’autre ont été des moments très forts !

 

Sean BourceTu descends juste de l’avion de Nouvelle-Zélande, où tu es allé commenter les Championnats du Monde, quels souvenirs et quelles expériences peux tu nous raconter ?

Le voyage et la compétition en Nouvelle Zélande ont été extraordinaires. L’organisation néo-zélandaise était exceptionnelle que ce soit pour le programme, le site de la compétition, les poneys fournis aux cavaliers, la nourriture… Rien à dire de plus, c’était vraiment une super semaine. Le moment dont je me souviendrai longtemps est celui de l’arrivée de l’équipe de Nouvelle Zélande dans la "Land Rover Arena" pour les deux parties de la finale. Je tournais le dos à la grande tribune (qui était bien remplie !!!) et j’ai annoncé l’entrée en piste de la Nouvelle Zélande. J’ai alors eu la sensation qu’on me mettait une grosse baffe avec les cris et encouragements qui venaient de la tribune, c’était un moment vraiment magique. Je me rappelle aussi d’une situation qui me fait rire en y repensant : les cavaliers de l’Equipe de France (Luc, Quentin, Victor, Jonathan et Vincent) et moi, au casino d’Auckland dans la nuit de dimanche à lundi à 3h00 du matin en train de jouer au blackjack et à la roulette, juste avant de repartir ! 

 

La compétition a été retransmise en live, et elle a été suivie par environ 18 000 personnes, qu'est ce que ça fait de commenter une compétition aussi importante, en direct devant le monde entier ?

Je tiens à remercier les personnes qui se sont levées à des heures impossibles en Europe pour regarder les sessions, leurs messages de soutien sur les réseaux sociaux ont été très importants pour les cavaliers et on se sentait suivis, que ce soit pour eux à cheval ou pour moi avec mon micro, ma casquette et ma crème solaire (rires).
Etre invité en Nouvelle Zélande pour commenter un Championnat du Monde a vraiment été un honneur pour moi. Je dois avouer que j’avais un peu la pression en commençant car je devais me faire bien comprendre en anglais avec mon accent irlandais prononcé mais j’ai réussi à m’éclater de plus en plus au fur et à mesure des sessions et rentrer dans la carrière pour les finales avec l’envie de mettre le feu aux tribunes.

 

Être le commentateur officiel du Championnat du Monde, c'est le summum donc il est difficile d'espérer mieux pour toi, mais est-ce que tu as des projets dans le Pony-Games pour les prochaines années ?

Le plus grand projet à l’heure actuelle est l’organisation des Championnats du Monde en France l’année prochaine au Centre Equestre de la Bonde avec notamment Quentin Voetzel, Valentin Vieilledent et toute l’équipe de la Bonde. Nous allons faire en sorte que ce championnat du Monde soit inoubliable et s’en servir de tremplin pour faire connaître le Pony-Games à un public beaucoup plus large !
J’espère aussi pouvoir continuer à commenter des compétitions de Pony-Games dans les années à venir avec d’autres voyages et d’autres rencontres !

 

Quelles sont les autres occupations qui bercent ton quotidien ?

Je viens de m’installer dans le Poitou-Charentes, à Poitiers, et j’ai commencé un nouveau travail dans une petite mairie où je m’occupe des marchés publics.
A court terme, je fais aussi partie de l’organisation de la Nocturne Internationale avec toute l’équipe des Zozio’s Attacks et du Logis du Poney, je pense que cette édition sera encore géniale !
Sinon j’aime sortir, faire la fête, pratiquer un peu de tous les sports…

 

Pour finir, as-tu un rêve à réaliser à cheval ou sur le terrain ?

J’avais le rêve de pouvoir participer à un championnat d’Europe ou du Monde en représentant l’Irlande ou la France. J’ai eu la chance de réaliser ce rêve l’année dernière.
Maintenant, j’aimerais un jour pouvoir coacher une équipe et l’emmener au plus haut niveau.

Pour terminer, je tiens à remercier mes potes de la Team Pony Materiels : Valentin Vieilledent, Pierre Alexandre Maury, Luc Julien et Ghislain Deslandes avec qui j’ai passé des supers moments sur les terrains de compétition et en dehors.

 

Toute l’équipe de PonyGames.fr te remercie pour tes réponses. Nous te souhaitons une bonne continuation et nous te remercions de faire des terrains de PG , des endroits magiques et uniques.

Merci à vous !!!




A propos de l'auteur

Clément AVICE

Président de BeMOGA, et fondateur de PonyGames.fr, Clément est un passionné du web et du Mounted-Games depuis son plus jeune âge.

Rejoinez-nous !