Qui dit "Personnalité du Mois" dit "personne incontournable". Ce mois ci, Pierre-Luc Portron nous fait l'honneur de répondre à nos questions.

 

Aujourd'hui, tu es quelqu'un d'incontournable des terrains de Pony-Games. Comment cette passion est-t-elle née ?

Pierre Luc PortronUne personnalité incontournable, je ne le pense pas, par contre un passionné certainement.
Maintenant comment suis-je venu au Pony-Games ? Je dirai que c’est plutôt le PG qui est venu à moi, très simplement et naturellement. J’ai commencé par accompagner mes enfants sur les terrains de PG du Poitou Charentes et des Championnats de France et j’ai très vite eu envie de les rejoindre sur la piste.
Il est très difficile de résister à l’attrait d’un terrain de PG on est très vite emporté par l’ambiance, la musique, le spectacle … Géraldine et Clément (mes enfants) prenaient du plaisir à jouer, à progresser et j’ai voulu moi aussi partager leur passion, mais mon équitation étant un peu ancienne, j’ai tenté ma chance du côté de l’arbitrage et depuis je ne l’ai jamais regretté.

La FFE nous décrit d’ailleurs ce sport comme « disposant d’atouts spécifiques qui en font une discipline répondant particulièrement bien aux objectifs des enseignants des clubs. Ils sont adaptables à tous les publics, des plus jeunes aux moins jeunes, des débutants aux plus expérimentés. Ils apportent un cadre rassurant, des repères précis, des règles justes et la possibilité de se structurer autour de notions fondamentales : La relation avec son poney, la socialisation et l’autonomie. » Dans le monde équestre ou trouve-t-on une activité qui réunit autant d’atouts. Je rajouterai qu’il s’agit d’un sport d’équipe ou rien n’est « joué » tant que le juge arbitre n’a pas sifflé la fin du jeu et validé celui-ci.

 

Quel est ton rôle en tant que Juge-arbitre sur un terrain de Pony-Games ? Quelles formations faut-il suivre pour être capable d’arbitrer un match ?

C’est prioritairement le référent éthique du concours, le responsable du respect des règles, celui qui doit aider les cavaliers à comprendre leurs erreurs par des explications claires et argumentées à partir du règlement spécifique.
Pour cela il se fait aider de juges (assesseur, d’arrivée, de ligne, …) qu’il doit savoir écouter et qui lui permettent de prendre la meilleure décision ou parfois il doit trancher entre plusieurs visions, toujours au bénéfice du cavalier.
A ce jour, malheureusement, les formations nationales n’existent plus. Certains Comités Régionaux d’Equitation, comme celui du Poitou Charentes, mais il n’est pas le seul, proposent des formations annuelles à l’ensemble des officiels de compétition et on peut travailler en équipe de juge (formés ou en formation) sur les problématiques que nous rencontrons sur les terrains. A ce jour c’est bien sur la connaissance du règlement mais aussi la pratique sur les terrains qui apportent les compétences nécessaires.
Je pense qu’il faudra tout de même que la FFE repositionne une formation nationale afin d’harmoniser la vision des juges quel que soit leur lieu d’exercice (est, ouest, sud et nord de la France) et l’interprétation qu’ils peuvent avoir du règlement, car nous restons dans l’humain.

 

Depuis tes débuts sur les terrains de Pony-Games, comment as-tu perçu l’évolution de la discipline ?

Tout d’abord j’ai ressenti un énorme engouement toutes régions confondues, une montée en puissance du nombre de cavaliers, du nombre de concours nationaux mais aussi internationaux, des cavaliers qui ont compris qu’il faut former un binôme avec leurs poneys et qu’il faut faire un réel travail de dressage.
Il y a de plus en plus de spectacle, il n’y a qu’à voir nos juniors sur les terrains des championnats de France, cette année.
Il existe un gros potentiel de développement, il suffit juste parfois de former/d’informer les jeunes enseignants aux bénéfices de cette discipline dans la formation équestre, pour les jeunes mais aussi les moins jeunes, pour que le Pony-Games se développe encore plus.

 

Au niveau du règlement, penses-tu qu’il devrait évoluer sur certains points ? Est-il régulièrement remis en question ?

Oui, le règlement devrait évoluer comme il le fait régulièrement. Mais le PG est un sport d’équipe, le règlement doit lui aussi être réaliser en travail d’équipe.
Jusqu’au mois de juin sous la présidence de Chantal CECCALDI, accompagnée par l’entraineur national Isabelle PIERRARD et le délégué technique à l’arbitrage Philippe PERMINGEAT, le règlement a chaque année évolué. Les réunions annuelles permettaient une remontée des questions des officiels des régions.
Avec l’arrivée de Jacques CAVE, automatiquement un nouveau système va se mettre en place, il ne pourra réellement aboutir, pour ma part, que s’il s’agit d’un vrai travail, j’insiste encore, d’équipe et là je lui fais confiance à pour réaliser la coordination et la direction du travail de refonte du règlement. Je n’attends, ni ne souhaite une révolution pour le règlement 2014 mais des pistes d’améliorations visibles et concrètes.

 

Sur les terrains de compétitions, as-tu des envies de changement afin d’inciter plus de monde à participer ?

Il faut absolument que la FFE reconnaisse le travail accompli sur les terrains par les officiels du Pony-Games. Cela passe par la reconnaissance et la validation des fonctions de juges qu’ils soient arbitre, de ligne, d’arrivée, mais aussi de tous les autres officiels auxquels parfois on ne pense pas, les secrétaires, les commissaires au paddock, les chefs de piste, les placeurs, …
Chaque personne qui intervient sur ou à côté d’un terrain de PG est important, il faut non seulement le leur dire mais le reconnaître. Nous ne pourrions pas avoir de beaux concours si nous n’avions pas toutes ces personnes … Nous avons besoin d’aide, l’ensemble de ces bénévoles, dont ce n’est pas le métier, se lève de bonne heure, passe des heures sur les terrains, sous le soleil mais aussi sous la pluie, … Ils sont eux, toute la journée sur les terrains … Si nous ne les avions pas il n’y aurait pas de Pony-Games. Alors oui, il faut les former, les valider, … il y a un gros travail à faire.

 

L’annulation des Championnats de France de Paires a été une triste nouvelle pour les joueurs de Pony-Games, on a pu voir que celle-ci a provoqué de nombreuses discussions, comment vois-tu la résolution de ce souci, comment apporter des réponses à tous ces cavaliers ?


Je crois que l’ensemble de la « famille » Pony-Games a été touchée par cette annulation. Celle-ci est probablement multifactorielle. Il faut là aussi poser les choses, tenter de comprendre ce qui s’est passé et j’insiste mais c’est parce que j’y crois, réfléchir en groupe sur comment ne plus reproduire cette situation. Il nous faut retrouver de vrais championnats de France pour toutes les catégories.
Mais avons-nous besoin d’une licence amateur ? Ne pouvons-nous pas créer de nouvelles catégories comme les séniors élites ? Sans oublier nos plus jeunes car ce sont eux qui seront notre futur et qu’il est important d’avoir un potentiel de jeunes cavaliers qui aient envie de faire ou de devenir « comme les grands » comme on l’entend souvent sur les bords des terrains.
Je donne là quelques pistes mais je pense qu’il y en a plein d’autres qui peuvent être émises, il va falloir tout mettre sur la table et tout traiter.

 

As-tu des projets ou des rêves dans la discipline que tu souhaiterais partager avec nous ?

Pierre Luc PortronDes projets ? Oui, apprendre encore et encore auprès de tous, afin d’améliorer mes jugements. Ainsi « exercer » pendant des années avec Philippe PERMINGEAT (Arbitre international français), m’a beaucoup apporté, comme travailler avec Vincent CORON (Arbitre national français) et maintenant auprès de Colin CARSON (arbitre international irlandais) ou en jugeant avec Fabian PIGEOLET (arbitre international belge). Prochainement je vais avoir le plaisir de juger la finale du Challenge Peter Dale (Challenge Européen) avec justement Peter Dale (Arbitre en chef de l'IMGA), cela va encore être un week end très enrichissant. C’est en partageant nos questions, nos visions, … que j’espère encore améliorer mon positionnement de juge arbitre.

L’expérience d’être président de jury sur la nocturne internationale est aussi une expérience marquante et professionnellement très importante.

Quant aux rêves, cette année, le challenge Peter Dale m’a proposé d’être l’un des juges officiels de leur challenge, cela devrait me permettre de connaitre d’autres équipes, d’autres pays, mais je voudrais rappeler qu’Il y a quelques années Pony Matériels m’avait posé la même question dans leur newsletter et je leur avais répondu "participer en tant qu’officiel à un championnat d’Europe" et j’avais dit « soyons fou » pourquoi pas à un championnat du Monde … Et bien, cette année 2014, l’équipe organisatrice des championnats d’Europe, le PC de BUISSERET m’a demandé d’être l’un des juges officiels et comble du bonheur, le centre équestre de la Bonde qui organisera les championnats du Monde d’être juge officiel du Championnat du Monde 2014.

Alors pour mes rêves ? Mériter cet honneur en réalisant des arbitrages de toutes ces compétitions conformes aux règlements, mais aussi aux attentes de tous … et faire en sorte de donner envie à d’autres cavaliers, bénévoles, coachs, … de rejoindre notre « famille ».


Toute l'équipe de PonyGames.fr te remercie d'avoir pris le temps de répondre à nos questions, et te souhaite une excellente continuation dans l'arbitrage ! 

 




A propos de l'auteur

Clément AVICE

Président de BeMOGA, et fondateur de PonyGames.fr, Clément est un passionné du web et du Mounted-Games depuis son plus jeune âge.

Rejoinez-nous !