Ce mois ci, nous recevons Keith Martin. Keith Martin est le président de "l'International Mounted-Games Association", une organisation chargée de régir le Mounted-Games dans

 Ce mois ci, nous recevons Keith Martin. Keith Martin est le président de "l'International Mounted-Games Association", une organisation chargée de régir le Mounted-Games dans le monde.

 

Bonjour Keith, l’équipe de PonyGames.fr vous remercie d’avoir accepté de répondre à cette interview pour l’article de la personnalité du mois d’Août.

 

Pour commencer, pour toute la communauté du Mounted-Games en France, pouvez-vous vous présenter et nous expliquer votre parcours jusqu'à la présidence de l’IMGA ?

Keith MartinJ'ai découvert les Mounted Games pour la première fois à la fin des années 1980 au Luxembourg où j'étais fonctionnaire à la Commission Européenne. Ma femme et moi faisions partie de la mise en place de la "Mounted Games Association Luxembourg" (MGAL) qui a envoyé une équipe pour la première fois au Championnat du Monde en Irlande du Nord en 1989. Depuis ce jour, j'ai été présent à presque tous les championnats du monde. Il me semble que j'ai manqué seulement un ou deux.

Avant 2003, l'International Mounted Games Association (IMGA) n'existait pas avec la structure telle qu'on la connait aujourd'hui. C'était une association libre des pays qui pratiquaient ce sport, mais il n'y avait pas d'organisation officielle. C'est en 2003 que la constitution a été rédigée et validée, des procédures ont été définies, et IMGA a été enregistré comme l’organisme mondial officiel dirigeant les Mounted Games.

A cette époque, les premières élections ont eu lieu pour sélectionner les membres dirigeants de cette nouvelle IMGA.
Je n'ai pas eu une formation équestre, ce qui peut sembler un peu étrange, mais j'étais un organisateur et manager d'expérience, et j'ai été élu président. Les membres du bureau de l’IMGA sont élus avec un mandat de deux ans. J'ai été réélu à plusieurs reprises jusqu'à ce jour. Il y a cinq ans, lorsque j'ai pris ma retraite, moi et ma femme avons déménagé en France et nos liens avec MGAL (Luxembourg) ont peu à peu disparus. Aujourd'hui, je n’ai aucun lien direct avec un pays membre de l'IMGA ou une équipe nationale particulière. De ce fait, je suis capable de rester totalement impartial dans mes décisions.

J'ai vu de nombreux changements dans ce sport, tant dans la vitesse d'exécution des jeux que dans l'amélioration du niveau équestre des cavaliers, mais également dans le professionnalisme des organisations nationales et internationales qui dirigent les Mounted-Games dans chaque pays. De mon point de vue, un des changements le plus important est que les ex-cavaliers de Mounted-Games sont de plus en plus reconvertis sur des postes à responsabilités, en tant qu’entraineur ou dirigeant de club. Cela me donne confiance dans le fait que notre sport a un bel avenir.

 

Quels sont les buts exacts de l’IMGA ? Quel est votre travail au jour le jour au sein de cette association ?

Keith MartinL'objectif principal de l’IMGA est défini dans ses statuts:
L'objectif de l'Association est de favoriser l'amitié et la coopération entre les gens de différentes nations à travers le sport de Mounted Games.
Et son second objectif est:
L'Association a comme but d’assurer une fonction de contrôle et de coordination centrale pour les Mounted Games à un niveau mondial.
Je pense qu'il est important de comprendre que l'autorité de IMGA en tant qu'organisme mondial dirigeant ce sport est limitée aux actions qui dépassent les frontières nationales et peuvent être appliquées de manière uniforme au niveau international. Bien que nous espérions tous que chaque pays membre suivra les mêmes règles et procédures au sein de leurs propres organisations nationales, cela ne peut être atteint qu'avec la coopération volontaire.
J'essaie d'être présent pour la plupart des grands championnats internationaux, mais ce n'est pas toujours possible. Quand je suis là, j’ai généralement l'honneur de remettre les médailles, trophées, et flots aux lauréats, et c'est certainement la meilleure partie du job ! Je l'aime beaucoup.
Principalement, mon travail se fait tranquillement à mon bureau chez moi dans le Gers (32), par SMS, par e-mail, et via le site d’IMGA que j'ai créé il y a plus de dix ans.
Pour donnner une indication du volume de travail, je peux vous dire que mes dossiers de messagerie pour chaque année des affaires de l’IMGA contiennent généralement autour de 2.500 messages. C'est-à-dire 25.000 messages depuis 2003.

 

Dans quels pays l’IMGA aimerait se développer ?

Nous avons actuellement 20 membres officiels, et l'Espagne est sur le point de devenir le 21e membre. Ils sont géographiquement répartis sur 4 continents, donc j'aimerai bien être en mesure d'accueillir de nouveaux membres sur les autres continents comme l'Amérique du Sud, l'Asie, ainsi que d'autres pays d'Afrique. Ce serait étendre notre couverture mondiale et ainsi améliorer notre visibilité.

 

Comment voyez-vous l’évolution du Mounted-Games dans un futur plus ou moins proche? Est ce que ces évolutions sont possibles facilement ?

Le développement le plus important dans l'avenir proche sera la certification des arbitres. Cette année, nous avons déjà organisé le premier week-end de formation pour les arbitres, qui ont été soumis à un test, à la fois théorique et pratique, ce qui les conduira à la certification.
Lorsque nous avons de plus en plus des d'arbitres certifiés, nous serons en mesure de former encore plus, et cela conduira à une amélioration générale du niveau de l'arbitrage, à tous les niveaux de compétition.
Il a été difficile de commencer avec cette initiative, mais la nomination de Peter Dale au poste de  "Chief Referee" (Arbitre international en chef) a été une étape importante.
Après les arbitres, nous prévoyons une approche similaire pour la formation et la certification des juges de ligne.
En plus de cela, il y a une amélioration constante d'année en année dans le règlement international. Des erreurs, des anomalies, et des contradictions très nombreuses ont été déjà corrigées ou supprimées, et le Comité des Règles a presque terminé un réexamen et une révision des normes techniques du matériel.

 

Le Mounted-Games, un sport olympique ?

Keith MartinC'est une question très difficile, et seules les personnes qui se sont déja penchées sur les exigences requises pour l'obtention d'un tel statut se rendront compte du niveau de complexité de cette problématique.
Les sports olympiques représentent une énorme machine, et les Mounted-Games dans la forme actuelle, ne sont pas en mesure de rivaliser avec d'autres sports bien organisés et surtout bien financés pour les quelques places disponibles.
Par exemple, le golf a été un sport majeur dans le monde pendant une longue période avec des millions (voire des milliards) de dollars impliqués dans l'organisation des tournois, et dans les gains monétaires pour les gagnants. Mais le golf ne sera inclus que dans les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro en 2016 pour la toute première fois depuis 1904.
Si les Mounted Games doivent atteindre un niveau de notoriété et des moyens financiers similaires à ceux d'un sport comme le golf avant d'être acceptés pour les Jeux Olympiques, alors je crains que nous pourrions attendre longtemps !

MAIS ... les premières mesures ont été prises. Il est important que les Mounted-Games gagnent une plus large acceptabilité dans le monde équestre et soient considérés comme aussi importants que les autres discipline équestres olympiques comme le Dressage, le CSO, etc. Cela nécessite l’affiliation avec la Fédération Equestre Internationale (FEI) et l'IMGA est actuellement en discussion avec cette organisation et les négociations progressent de manière satisfaisante.

 

Aujourd’hui, quelles sont les opportunités et les menaces de la discipline ?

Une des choses importantes pour le développement des Mounted-Games est d'encourager le grand public à venir sur les terrains de concours. Il est très difficile d'expliquer les Mounted-Games à quelqu’un qui n'en a jamais vu, mais si vous arrivez à les convaincre de regarder une compétition, alors ils seront immédiatement enthousiastes et seront désireux d'en voir plus.
Malheureusement, même dans nos Championnats internationaux, il est assez rare qu'il y ait des spectateurs qui ne sont pas déjà impliqués d’une manière ou une autre dans la discipline (amis, parents, etc.). Le grand public ne sait pas que des compétitions se déroulent près de chez eux, ou n'ont aucun moyen de savoir exactement de quoi il s'agit, et chercheront pas à satisfaire leur curiosité.

Probablement la publicité la plus réussie que j'ai vu était en Suisse pour le Championnat du Monde par équipe en 2010. Les organisateurs s'étaient arrangés pour que les panneaux signalétiques de l'autoroute principale de Genève indiquent à tous de prendre la prochaine sortie pour le Championnat du Monde de Mounted Games. Cependant ce genre de chose est rare.

La retransmission par la télé est difficile car il n'y a pas de point focal unique pour les caméras, contrairement au football, où la caméra suit simplement la balle. Pour les Mounted Games il peut y avoir des choses intéressantes qui se passent aux extrémités opposées du terrain en même temps. Sur un petit écran, cela peut être très difficile à suivre.

Le responsable du développement de l'IMGA a réalisé un DVD promotionnel qui est disponible pour aider au recrutement de nouveaux pays et à susciter l'intérêt des chaînes de télévision. Le DVD est disponible auprès de l’IMGA et peut-être vu gratuitement sur YouTube – il suffit de rechercher "official promotion video of Mounted Games".

 

Cette année, la Nocturne Internationale du Logis du Poney a eu l’honneur de vous accueillir sur son terrain les 15 & 16 juin dernier, on dit de cette compétition amicale qu’elle rivalise avec les grandes compétitions européennes, qu’en avez-vous pensé ?

J'avais eu des bons retours des éditions précédentes de cet événement. J'ai donc souhaité m'y rendre cette année, et j'ai rapidement découvert que ces impressions étaient fondées. Il y avait une ambiance très conviviale, en particulier durant de la session nocturne, et le niveau équestre était très élevé.
La projection des résultats sur le côté d'un bâtiment (comme un écran géant) pendant la session de nuit a été particulièrement appréciée.
Il était vraiment satisfaisant de voir autant de cavaliers et ex-cavaliers impliqués dans l'organisation de l'événement. Ils sont l'avenir du Mounted-Games, et je pense que lorsque les gens comme moi ne seront plus là, le sport sera en de bonnes mains.
La Nocturne Internationale sera marquée sur mon calendrier pour l'année prochaine.

 

 

Nous vous remercions d'avoir répondu à nos questions, nous vous remercions pour votre engagement dans cette merveilleuse discipline … À très bientôt dans nos « French Arenas » !

 

Keith Martin




A propos de l'auteur

Clément AVICE

Président de BeMOGA, et fondateur de PonyGames.fr, Clément est un passionné du web et du Mounted-Games depuis son plus jeune âge.

Rejoinez-nous !